top of page
Rechercher

Tactiques pour gérer la colère lors de négociations

Lorsque l'on prépare une négociation, on se focalise souvent sur la stratégie et la tactique... sans prendre en compte une autre dimension pourtant clé : la gestion des émotions.



La recherche a pourtant démontré le rôle déterminant que les émotions exercent sur le comportement des négociateurs, et donc sur la réussite du processus.



Et s'il y a une émotion dont il faut se méfier plus particulièrement lors d'une négociation, c'est la colère. Pourquoi ? Je suis certaine que vous en avez déjà fait l'expérience malheureuse, exprimer de la colère pendant une négociation aggrave le conflit, nuit à la coopération et fausse les perceptions :



💥 Vous perdez votre lucidité


💥 Vous prenez un risque d'escalade du conflit


💥 Vous cassez le lien de confiance avec votre interlocuteur et renforcez l'esprit de "compétition" entre vous


💥 Vous augmentez le risque de voir rejeter vos offres


💥 Au lieu de paraître plus fort, de renforcer votre pouvoir de négociation, la colère la réduit ...



Pourtant, ce n'est pas toujours facile de "gérer" la colère dans un processus de négociation qui peut être long, avec des enjeux importants et quelque fois du passif entre les parties.



Alors, que peut-on faire pour éviter de se laisser emporter ?


La première chose à avoir en tête avant d'aller à une négociation, c'est qu'il est indispendable de se préparer mentalement à rester calme en toutes circonstances :



✅ en prenant un temps au calme en amont pour se "conditionner"


✅ en anticipant les arguments ou les demandes qui peuvent vous mettre "hors de vous"


✅ en faisant appel à un tiers extérieur si nécessaire


✅ en se préparant à faire une pause pendant l'échange, si la colère commence à monter


✅ en se préparant à calmer le jeu si votre interlocuteur s'emporte




Plus d'informations :




☎️ 06 63 37 72 15



1 vue0 commentaire

Comentários


bottom of page